Spam : situation durant l’année 2012

Situation sur le spamming en 2012

Une étude réalisée par un éditeur d’antivirus a démontré qu’en 2012, l’Inde a détrôné les Etats-Unis en matière d’envoi de courriers indésirables. D’autre part, les réseaux sociaux ont été fortement envahis par les spammeurs l’année dernière. Ils ont par conséquent entrepris certaines mesures qui ont fait parler d’elles auprès des internautes.

 

 

Etude Dirty Dozen sur l’origine des spams en 2012

L’Etude Dirty Dozen donne la liste des 12 pays qui ont envoyé le plus de spams dans le monde durant l’année 2012. Les trois premières places sont occupées par l’Inde avec 16,1% de spams expédiés, l’Italie ayant envoyé 9,4% et les Etats-Unis avec 6,5%. La France occupe la 7e place avec un taux d’envoi de 3,7%, précédée par l’Arabie Saoudite avec 5,1%, le Brésil avec 4% et la Turquie ayant envoyé 3,8% de spams. Cinq autres pays viennent après la France : la Corée du Sud, le Vietnam, la Chine, l’Allemagne et le Royaume-Uni.

 

L’ascension de l’Inde a été spectaculaire durant l’année 2012 et a créé beaucoup de surprises. Même si 5,3% des internautes vivent dans ce pays, les spams ne font qu’y passer. De nombreux réseaux de botnets sont implantés en Inde à cause de la défaillance de sécurité de ses infrastructures. Du mois d’Octobre à Décembre, 48,7% des spams ont été relayés par plusieurs pays à savoir l’Asie, l’Europe, l’Amérique du Sud, l’Amérique du Nord et l’Afrique.

 

 

Les spams et les réseaux sociaux

En raison de l’efficacité des filtres anti-spam et antivirus mis en place sur les boites aux lettres des internautes et la destruction de botnets importants en 2011, les cybercriminels ont ralenti l’envoi de courriers indésirables vers la messagerie électronique et se sont plus attaqués aux réseaux sociaux. De leur côté, ces sites communautaires font tout leur possible pour contrer techniquement et judiciairement cette invasion massive.

 

D’après les statistiques publiées par un éditeur de logiciels de sécurité informatique, 8% des messages échangés sur les réseaux sociaux sont des spams et 40% des comptes créés sont utilisés par les personnes malveillantes pour répandre leur pourriels. Si les sites communautaires d’envergure arrivent à lutter contre ce fléau, les autres de taille modeste et créés récemment n’arrivent pas à s’en sortir. Certains spammeurs, profitant de la popularité de certains sites web, sont arrivés à leurs fins en insérant leur code malicieux dans les images qui y sont publiées.

 

Pour lutter contre les spams, certains réseaux sociaux ont mis en place sur leur page un bouton permettant aux internautes de signaler l’existence d’un courrier indésirable. Mais comme toute solution, cette mesure n’est pas infaillible. Certains utilisateurs ont été pénalisés injustement mais ils n’ont aucun moyen pour se justifier. Leur compte a été suspendu pendant un certain délai à cause d’un message classé comme « inapproprié ou non pertinent ». Sur d’autres réseaux sociaux, il est possible pour les internautes de bloquer une personne sans que cette dernière ne soit au courant de la démarche. Avec plusieurs centaines d’utilisateurs des réseaux sociaux dans le monde, la situation concernant les spams est encore loin d’être réglée….

 

Spam : situation durant l’année 2012
4 (80%) 2 votes