Le Cryptojacking, le fléau de la cryptomonnaie !

Ces malwares minent de la cryptomonnaie à votre insu

Depuis peu, on assiste à un tout nouveau type de piratage informatique. Le Cryptojacking, consistant à miner à l’insu de l’utilisateur des cryptomonnaies en exploitant les ressources de son ordinateur.

Les virus malveillants qui, une fois en possession de du système informatique, obligent à réinstaller entièrement le système d’exploitation de l’ordinateur sont connus, ainsi que cette pratique appelée « ransomware », qui vise à hacker un système informatique : toutes les données, et les fichiers disparaissent de l’ordinateur et pour les récupérer, les hackers se font une joie de proposer une rançon représentant une forte somme d’argent.

Même si ces pratiques sont encore courantes actuellement, un nouveau type de virus a vu le jour et prend une place de plus en plus grande dans le domaine du piratage informatique. Cette pratique, le cryptojacking, est liée aux cryptomonnaies. Cette nouvelle révolution de monnaies « invisible » a, comme toute autre évolution informatique, attiré l’œil malveillant des hackers.

 

A quoi correspond le cryptojacking ?

Certaines cryptomonnaies (comme le Bitcoin, Monera et d’autres) ont besoin d’être « minées ». Tout un calcul informatique est alors nécessaire pour miner ces cryptomonnaies, permettant entre autres de valider les transactions de ces dernières et de les générer. Pour cela, les « mineurs » doivent utiliser une forte puissance informatique via les processeurs afin de miner, entraînant un fort coût en ressources informatiques. Par exemple, le minage d’une cryptomonnaie comme le bitcoin a besoin de plus d’énergie électrique que n’en consomme un pays comme l’Irlande pendant tout une année !

Face à cela, certains individus désireux de gagner toujours plus d’argent en minant, ont ainsi développé ce que l’on appelle le cryptojacking. Ils utilisent le processeur d’un ordinateur, autrement dit sa puissance, pour miner de la cryptomonnaie pour leur propre compte. On observe deux résultats principaux : ils économisent un certain coût sur l’énergie employée, car c’est celle de l’ordinateur qu’ils consomment, et la puissance ainsi que la rapidité dudit ordinateur est alors réduite.

Mais afin de ne pas se rendre pas compte du « piratage », les hackers ne vont pas utiliser un processeur seul pour miner. Ils vont utiliser les processeurs de tout un tas de particuliers afin d’étaler la demande en puissance, mais surtout pour miner toujours plus et toujours plus vite.

Certaines entreprises ont été piégées par le cryptojacking. Dans la mesure où elles sont dotées de processeurs informatiques plus puissants que les particuliers, c’est une aubaine pour ces nouveaux hackers. Cette pratique ne rapporte pas autant que des pratiques comme par exemple le ransomware, mais elle s’avère bien plus récente.

 

Alors, comment se prémunir d’une telle chose ?

Il faut se montrer vigilant envers tout logiciel qui nécessite une installation sur le système informatique d’un ordinateur. C’est souvent par ce moyen que le cryptojacking prend place. Si le système d’exploitation est plus lent qu’à son habitude, il ne faut pas hésiter à consulter un professionnel pour vérifier le problème. A savoir : il existe également des plug-ins pour navigateur, comme « NoCoin », pour bloquer les logiciels de Cryptojacking et l’usage d’un service de protection de la messagerie électronique efficace comme Altospam évite la réception de ces malwares par les emails.

 

Le Cryptojacking, le fléau de la cryptomonnaie !
4.5 (90%) 2 votes